La France a décidé de réduire de manière significative sa présence militaire en Côte d’Ivoire, dans le cadre de la révision stratégique de sa politique en Afrique. Selon des sources anonymes au sein du gouvernement et de l’armée française citées par l’AFP, le contingent français en Côte d’Ivoire passera de 600 à environ 100 soldats dans les prochains mois.

Cette décision s’inscrit dans la stratégie du président Emmanuel Macron visant à limiter la présence militaire française sur le continent africain. Annoncée au début de l’année dernière, cette réduction répond à la montée du sentiment anti-français dans plusieurs anciennes colonies, en particulier dans la région du Sahel. La France avait déjà mis fin à l’opération Barkhane en 2022, une mission anti-insurrectionnelle qui avait mobilisé plus de 5 000 soldats dans le Sahel. La fin de cette mission avait été provoquée par une rupture des relations diplomatiques après le coup d’État à Bamako en mai 2021.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : La résidence du sous-préfet de Kagbolodougou sacagée

La réduction des troupes françaises en Côte d’Ivoire pourrait avoir des implications significatives pour la sécurité et la coopération militaire entre les deux pays. Historiquement, la France a joué un rôle crucial dans la stabilisation de la Côte d’Ivoire, notamment lors des crises politiques et sécuritaires. Avec cette réduction, Abidjan pourrait être amenée à renforcer ses capacités militaires internes pour compenser le retrait partiel des forces françaises.

En décembre 2022, Paris a retiré ses troupes de la République centrafricaine, invoquant des relations plus étroites entre ce pays et la Russie. Plusieurs autres anciennes colonies françaises, dont le Burkina Faso, le Mali et le Niger, ont également mis fin à leurs partenariats militaires avec Paris et se sont tournées vers Moscou pour obtenir de l’aide dans la lutte contre le terrorisme.