Dans les premières heures du matin, la République Démocratique du Congo (RDC) a été le théâtre d’une opération militaire menée par un groupe d’hommes armés, visant des sites stratégiques de la capitale, Kinshasa. Vers 4 heures du matin, ces individus, vêtus de tenues militaires, ont attaqué la résidence du vice-Premier ministre, Vital Kamerhe, située dans le quartier diplomatique de la Gombe. L’assaut a été violent, entraînant la mort de deux policiers et d’un assaillant. Des échanges de tirs nourris ont été rapportés dans la zone.

La tension ne s’est pas arrêtée là. Peu après cette attaque, un autre groupe d’hommes armés a pris d’assaut le Palais du Peuple, siège de l’administration présidentielle. Les forces de sécurité ont réagi promptement, érigeant des barrages routiers pour sécuriser la zone. Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent ces hommes armés sous la coupole du palais, brandissant des drapeaux du Zaïre et clamant leur désir de changement de régime.

Lire aussi : RDC : Félix Tshisekedi suscite des inquiétudes avec des discussions sur une nouvelle Constitution

En réponse à ces événements, les autorités congolaises ont rapidement affirmé avoir déjoué une tentative de coup d’État. Le porte-parole de l’armée a déclaré que la situation était entièrement sous contrôle et a exhorté la population à continuer ses activités normalement.

Actuellement, la situation à Kinshasa reste tendue mais maîtrisée, avec des assurances répétées des forces de sécurité sur leur capacité à gérer la crise. Les détails complets de cet incident et les motivations des assaillants feront l’objet d’enquêtes approfondies.