Dans un communiqué publié vendredi, l’opposition guinéenne, représentée par les Forces vives de Guinée, exprime son inquiétude face au discours tenu par le chef de la junte, le colonel Mamady Doumbouya, à l’ONU la veille. Elles accusent le dirigeant de dissimuler ses véritables intentions derrière un « populisme verbeux », soulignant son désir de se maintenir au pouvoir malgré ses engagements antérieurs.

Le colonel Doumbouya, qui a pris le contrôle du pays par un coup d’État en septembre 2021 et s’est fait investir président, a défendu avec ardeur l’intervention des militaires en politique lors de son discours devant l’Assemblée générale des Nations unies. Il a remis en question le modèle démocratique occidental en Afrique, qualifiant celui-ci d’échec.

Lire aussi : Scandale : Un fils d’Idrissa Seck appréhendé pour trafic de drogue au Sénégal

Les Forces vives de Guinée dénoncent ce qu’elles qualifient de « dictature naissante », pointant du doigt la répression brutale des manifestations, l’absence de justice pour les victimes, la corruption au sein de la classe dirigeante, et l’instrumentalisation de la justice.

Elles critiquent également le jugement du dirigeant sur la démocratie, rappelant les sacrifices du peuple guinéen pour instaurer un système démocratique. De plus, elles soulignent que le colonel Doumbouya n’a pas mentionné les engagements précédents des militaires à céder le pouvoir à des civils élus d’ici fin 2024, après une période de transition.

Pour les Forces vives, le refus du chef de la junte d’aborder la question du retour à l’ordre constitutionnel et son rejet du modèle démocratique imposé par l’Occident ne font que confirmer son mépris pour la démocratie et l’État de droit en Guinée.