La décision de fermer l’ambassade suédoise à Bamako, ainsi qu’à Ouagadougou, d’ici la fin de 2024, découle de la détérioration de la situation sécuritaire et de la nécessité de redéfinir l’aide au développement. Bien que la présence diplomatique permanente ne soit plus jugée essentielle, les autorités suédoises assurent que les liens bilatéraux resteront actifs.

Depuis son ouverture en 2010, l’ambassade suédoise à Bamako a été un pilier des relations entre la Suède et le Mali. Au cours de cette période, la Suède a investi massivement dans des secteurs clés tels que le développement rural, l’éducation et la santé. Entre 2016 et 2020, environ 240 millions SEK (environ 16 milliards FCFA) ont été investis annuellement pour soutenir divers projets locaux. Ces initiatives ont permis des avancées significatives, notamment dans la construction et la rénovation d’écoles et de centres de santé, facilitant l’accès aux services essentiels pour des milliers de Maliens.

Lire aussi : Mali : Al Hassan Ag Abdoul Aziz condamné pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité

En plus de ces efforts, la Suède a joué un rôle déterminant dans les opérations de maintien de la paix. Elle a participé à la mission de l’ONU (MINUSMA) et à l’opération Takuba, déployant 150 soldats équipés d’hélicoptères et d’avions de transport pour des missions de réaction rapide et de soutien aux forces de sécurité maliennes. De plus, 215 soldats suédois ont contribué à la mission onusienne, offrant protection et soutien logistique.