La raffinerie de Port Harcourt, l’une des plus grandes installations de raffinage de pétrole du Nigeria, devrait enfin entrer en service d’ici la fin du mois de juillet, selon les journaux nigérians. Avec une capacité de 210 000 barils par jour (bpj), ce redémarrage, tant attendu après plusieurs reports, promet de dynamiser les activités économiques, de réduire le prix des produits pétroliers et de garantir un approvisionnement adéquat en carburant.

Chief Ukadike Chinedu, responsable national des relations publiques de l’Association des distributeurs indépendants du Nigeria (IMAN), a annoncé cette nouvelle date lundi, soulignant les impacts positifs attendus sur l’économie du pays. En décembre dernier, Heineken Lokpobiri, ministre d’État aux ressources pétrolières, avait indiqué l’achèvement mécanique de la raffinerie et le démarrage de la torche de cette installation majeure.

Lire aussi : Le Bénin accorde une autorisation pour l’exportation du pétrole du Niger

La raffinerie de Port Harcourt, qui comprend deux unités (une ancienne avec une capacité de 60 000 bpj et une nouvelle de 150 000 bpj), a été fermée en mars 2019 pour une première phase de travaux de réparation. Le gouvernement nigérian avait engagé Maire Tecnimont, une société italienne, comme conseiller technique pour superviser les révisions, avec la participation de la major pétrolière Eni.

Le 15 mars 2024, Mele Kyari, directeur général du groupe Société nationale nigériane de pétrole (NNPC), a indiqué que la raffinerie commencerait ses activités dans environ deux semaines, alimentant les attentes d’une reprise rapide.